Vous venez de vous lancer et vous avez besoin de quelques subsides pour développer votre activité ?

Vous voulez tester votre produit ou votre service auprès du grand public ?

Vous voulez vous offrir une campagne virale de communication sur la toile ?

Vous pouvez opter pour le crowdfunding, le financement de projet par la foule aussi appelé « financement participatif ».

Un mode de financement qui, loin d’être aussi efficace qu’aux Etats-Unis, a véritablement décollé en France ces dernières années. 300 millions d’euros ont été levés en France sur les plateformes, soit 100 % de plus que l’année précédente.

Ci-dessous, le montant des fonds levés par les plateformes françaises de crowdfunding, selon l’association Financement Participatif France.

crowfunding

D’ores et déjà, une première distinction s’impose entre trois types de plateformes et trois types de financement participatif pour les entreprises.

 

Le Crowdfunding en don

 

Si vous êtes en phase de lancement d’entreprise, vous êtes plutôt concernés par le premier type d’opérations de financement par la foule : le crowdfunding en don avec ou sans contreparties.

Des plateformes comme Kickstarter, Ulule, Kisskissbankbank vous permettent de recueillir des fonds quand vous n’êtes pas encore suffisamment structurés pour offrir une véritable contrepartie en capital au public.

C’est une bonne alternative aux financements bancaires.

Si les sommes recueillies ne sont pas toujours significatives, elles donnent un coup de pouce à la création d’une entreprise.

Le Crowdlending

 

Si votre entreprise a un peu plus d’antériorité, vous pouvez tenter le crowdlending.

Le crowdlending vous permet d’obtenir des prêts du grand public.

Plusieurs plateformes permettent de réaliser de telles opérations : Unilend, le numéro 1 du secteur, Lendopolis racheté en partie par le groupe Les Echos, et Lendix qui progresse vite.

 

Le crowdequity

Le crowdequity permet aux entreprises d’ouvrir leur capital en faisant appel à la foule.

De nombreuses plateformes spécialisées sont disponibles sur le marché.

Attention dans le choix opéré. Mieux vaut sélectionner une plateforme ayant obtenu le statut « CIP » créée par le gouvernement en octobre 2014.

Il donne un cadre juridique à un secteur jeune et peu structuré. Il limite les levées de fonds à 1 millions d’euros.

Trois grandes plateformes (Wiseed, Anaxago et SmartAngels) se partagent globalement le marché, suivies par tout un lot d’acteurs du crowdequity de plus petite taille.

En moyenne, et selon l’Observatoire du crowdfunding de BPIfrance, un chef d’entreprise lève 382.935 € sur une plateforme de crowdequity en 158 jours.

Mais les plateformes sont très sélectives et ne mettent en ligne que 5 % des projets reçus.

En revanche, une fois en ligne, 72 % des projets récolteront les fonds recherchés.

 

 

Article issu de « Crowfunding : Les 10 clefs pour réussir sa levée de fonds sur internet » publié le 14 mars 2016 par Armelle Gegaden et Julien Beccu sur http://www.lejournaldesentreprises.com